Arin Rungjang · Claudio Zulian · Damir Očko · Daphné Le Sergent · Estefanía Peñafiel Loaiza · Ismaïl Bahri · Natacha Nisic · Omer Fast

Ismaïl Bahri 21/04

Dans Les Nuées, Aristophane décrit le moyen subtil imaginé par Socrate pour calculer le saut des puces et établir le rapport exact entre le saut et la longueur des pattes. Venu apprendre de Socrate les « raisonnements subtils », Strepsiade se fait narrer par le disciple du maître certaines de ses ingénieuses découvertes. Le calcul travaille sous le seuil de perception, à la limite de l’incalculable :

– Le disciple : Socrate venait de demander à Chérephon combien de fois une puce pouvait sauter la longueur de ses pattes ! En effet, une puce avait piqué Chérephon au sourcil, et de là, elle avait bondi sur le crâne de Socrate.
– Strepsiade : Et comment a-t-il pris cette mesure ?
– Le disciple : Le plus ingénieusement du monde ! Il a fait fondre de la cire, et puis il a saisi la puce, lui a trempé les pattes de derrière dans la cire, et à la fin, après refroidissement, des chaussons s’étaient formés autour d’elles ! ».
En déchaussant ses puces, Socrate a mesuré l’espace.
« Quelle finesse d’esprit ! », s’exclama Strepsiade.


(Aristophane, Les Nuées, in Théâtre complet, Bibliothèque de la Pléiade, 1997, p. 177.)