Arin Rungjang · Claudio Zulian · Damir Očko · Daphné Le Sergent · Estefanía Peñafiel Loaiza · Ismaïl Bahri · Natacha Nisic · Omer Fast

Ismaïl Bahri 2008

Ismaïl Ça pose un problème si ça ne marche pas.
Même si tout ça ne donne rien, ça fait tout de même partie de la recherche…
C’est une manière de s’approcher de quelque chose.

Camille C’est là où la question du scénario peut être intéressante. Tu as le cadre, le dispositif, et
maintenant il faut trouver comment remplir cet espace-là.
Cet espace va être mouvant puisque avec l’air, le cadre bouge de façon plus ou moins
aléatoire. Ensuite, il faut penser à la façon dont des personnes pourraient entrer en
interaction avec cette chose-là. Peut—être qu’il faut que des gens activent le dispositif,
qu’ils puissent l’ouvrir depuis l’espace intérieur dans le but de laisser se dévoiler une scène.
À ce moment-là, il serait bien de reproduire le système qui permet de dérouler le tissu…
Monter et descendre le rideau, ce serait une manière de redéfinir le cadre. Ça permettrait
aussi de faire en sorte que ce ne soit pas uniquement l’arrière plan qui attire le regard et
qui propose un récit.
C’est ce que tu avais cherché a faire un peu inconsciemment lorsque tu as filmé les
premières images dans la salle de reunion et ou tu viens relever et descendre les rideaux :
ça produit une rythmique.

Ismaïl Donc l’idée d’activer… Mais activer par qui ? Les gens de là-bas ? Il faut que ça ait un
sens…

Camille Si jamais vous avez envie de faire intervenir les jeunes de Redeyef…

Youssef De toute façon ils se joindront à nous pour participer au projet, c’est certain.

Ismaïl Et ton intuition de l’écriture ?

Youssef Ce qui m’intéresse aussi c’est de pouvoir utiliser ce système-là, dans l’idée de produire du
mouvement. S’il y a une écriture, une narration, ce serait de pouvoir suivre quelque chose
qui bouge, qui traverse un paysage et qui le dévoile en même temps.
Parce qu’à Redeyef finalement tu peux les faire partir du désert, arriver en ville ou
inversement…

Camille Tu vois, ça peut presque être comme un cheminement. C’est comme si tu regardais par
exemple la vie extérieure mais depuis un intérieur. Mais alors ça dit aussi à quel point
tu ne prends pas part à cette idée de rassemblement, à cette vie-là qui se trame. Il y a ce
côté-là de rester préservé du dehors…

Ismaïl Là ce que tu décris, c’est l’art de l’observateur…

Camille Oui.