07 Mai. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

Ebrahim Golestan

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Juin 2016. Festival du film « Cinema Ritrovato », Bologne, Italie. Rare rétrospective des films réalisés par le célèbre cinéaste et écrivain iranien Ebrahim Golestan (ici interrogé par Ehsan Khoshbakht). On dirait que tous les iraniens d’Italie sont venus pour essayer de percer le mystère de ce monstre sacré, lui qui avait lancé la « Nouvelle vague » iranienne avant d’emporter avec lui tous ses secrets lors de son exil définitif à Londres, quelques années avant la révolution de 1979. On rêve de publier un ouvrage sur l’histoire de ses films chez Zamân Books. On ne se risquera pas à percer le mystère. On le grandira.



Ebrahim Golestan



Laissez un commentaire | Suite de l’article

06 Mai. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

« Hamed Abdalla : ARABECEDAIRE »

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Juin 2016. Tate Modern, Londres, UK. Le nouvel accrochage des collections modernes intègre de plus en plus d’œuvres « Moyen-Orient/Afrique du Nord », montrant notamment les tensions entre art figuratif et art abstrait dans le contexte de la Guerre froide. Sur ces murs, Hamed Abdalla (Egypyte), Farid Belkahia (Maroc) ou encore Bahman Mohassess (Iran) côtoient Jackson Pollock, Jean Dubuffet ou encore Wifredo Lam. Cette photo montre le fils et les petits-fils de Hamed Abdalla venus en famille, armés d’une caméra pour immortaliser l’entrée de leur grand-père à la Tate. Parmi les 5 millions de visiteurs par an, aucun ne pourra le voir comme eux le voient, mais eux non plus, ne pourront pas le voir comme les 5 millions le voient. L’exposition « Hamed Abdalla : ARABECEDAIRE » en cours à The Mosaic Rooms, Londres.



Hamed Abdalla



Laissez un commentaire | Suite de l’article

05 Mai. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

Mohammad Hossein Emad

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Septembre 2014. Atelier de l’artiste sculpteur Mohammad Hossein Emad, Téhéran, Iran. Sans doute un de mes artistes favoris en Iran, ce « sage » a l’extrême gentillesse de m’accueillir dans son atelier pour me faire un démonstration de sa dernière sculpture flottante. Inspirée du plateau labial porté par les femmes de certaines tribus éthiopiennes ou tchadiennes, une fois retourné, cet imposant volume de bois tient suspendu dans les airs accroché à un simple câble. Renversant.



Mohammad Hossein Emad



Laissez un commentaire | Suite de l’article

03 Mai. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

Gebran Tarazi

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Avril 2015. Abu Dahbi Art Fair, Emirats Arabes Unis. Ma première rencontre avec l’œuvre de Gebran Tarazi sur le stand de la très réputée galerie Agial, Beyrouth. Instantanément frappé par la radicalité et le vertige exprimées dans cette abstraction géométrique et surtout métaphysique, comme un poème soufi avec ses incantations, scansions, répétitions. Je ne savais pas encore que deux ans plus tard, nous ferions de la monographie Gebran Tarazi le deuxième ouvrage de Zamân Books.



Gebran Tarazi



Laissez un commentaire | Suite de l’article

02 Mai. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

Un rêve blanc

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Mars 2015. Chambre d’hôtel, Doha, Qatar. Ma première visite en ces terres pour découvrir le Mathaf, musée arabe d’art moderne et sa collection déjà fameuse. J’observe un phénomène qui se répétera dans toutes les chambres d’hôtel visitées dans le Golfe. Ces grandes baies vitrées totalement hermétiques depuis le 30e ou le 40e étage, vous font sentir comme dans un bocal aérien où le paysage extérieur perd de sa réalité. Vous avez presque peur que la chambre se renverse comme une boule et que la neige se mette à tomber. Au pays du pétrole en feu, un rêve blanc.



Doha ; Qatar ; Hôtel ; neige



Laissez un commentaire | Suite de l’article

01 Mai. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

Dans le bureau de Ali Dehbashi

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Septembre 2014. Bureau de Ali Dehbashi, éditeur de la revue Bokhara, Téhéran, Iran. Je viens m’entretenir avec lui à propos de notre projet de monographie sur Bahman Mohassess. Dehbashi a bien connu Mohassess. Leur correspondance a même été publiée dans une autre revue, Tandis. Son bureau est un tel raz-de-marée de livres et de documents, qu’il en devient beau comme un labyrinthe où tous les repères sont perdus. Son assistant entre dans la pièce pour récupérer des épreuves et Dehbashi lui lance, sans broncher, « la pile de droite ». MDR



Dehbashi ; Montazami ; Tandis ; Bokhara ; labyrinthe ; Téhéran



Laissez un commentaire | Suite de l’article

30 Avr. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

Les librairies mythiques

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Août 2015. Librairie des Colonnes, Tanger, Maroc. Les librairies mythiques se comptent sur les doigts de la main désormais : José Corti à Paris, City Lights à San Francisco, les Colonnes à Tanger, source des fréquentations marocaines de la Beat Generation et notamment de Paul Bowles. La légende dit que la librairie servait également de banque à Jean Genet. Aujourd’hui la librairie est plus active que jamais, également comme éditrice de livres et de sa propre revue, Nejma. Il me plaît de penser à une famille commune avec Zamân Books.



librairie ; Colonnes ; Tanger ; Paul Bowles ; Jean Genet



Laissez un commentaire | Suite de l’article

29 Avr. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

Un tableau de Behjat Sadr

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Mars 2015. Christie’s Dubaï, vente aux enchères « Moyen-Orient », Émirats Arabes Unis. Un tableau de Behjat Sadr (1924-2009) est mis en vente. En voyant la cote monter d’une seconde à l’autre, je repense ironiquement à la monographie que nous lui avons consacrée avec Zamân Books en 2014. Elle qui s’inspirait des coulées de pétrole dans ses peintures noires sur aluminium, dans une abstraction post-cinétique et néo-industrielle.



Behjat Sadr ; Christie's ; Morad Montazami



Laissez un commentaire | Suite de l’article

28 Avr. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

« Tu n’as rien vu à Gaza »

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Novembre 2016. Espace d’exposition de l’Université Bir-Zeit de Ramallah, Palestine. Un groupe de curators remarquables parmi lesquels Vera Tamari et Yazid al-Ani ont lancé depuis quelques années un programme d’expositions centrées sur les villes palestiniennes. J’ai la chance de voir celle sur Gaza. Éloquent display d’objets pensé par les étudiants du département art et design de l’université, qui documente avec sérieux et ironie des artefacts tels que porte-clés et stylo. En voyant à l’œuvre ces « archéologues du présent », je me demande immédiatement si ils ont vu les « Objets de grève » de Jean-Luc Moulène ou les vitrines autofictionnelles de Christian Boltanski. Peu importe au final… « Tu n’as rien vu à Gaza », me souffle une voix japonisante.



Moulène ; Boltanski ; Ramallah



Laissez un commentaire | Suite de l’article

27 Avr. 2018 | Carte postale | Petite planète trans-arabe | Laissez un commentaire

Les œuvres complètes de Benjamin traduites en arabe

Carte postale | Petite planète trans-arabe

Mars 2015. Librairie du beirut art centre (bac), Liban. Les éditions La Fabrique en bonne place. Un signe de l’arrivée de Marie Muracciole à la direction du centre. Elle qui m’a formé lorsque je travaillais au service culturel du Jeu de Paume. Respect à elle d’avoir choisi Beyrouth. En voyant l’énorme volume du Baudelaire de Walter Benjamin, pas de hasard, celui qui a préparé la mise en page de ces millions de notes de bas de page n’étant autre que mon ami Alex, le plus libanais d’entre nous. Les œuvres complètes de Benjamin traduites en arabe, un projet de vie ?



Walter Benjamin



Laissez un commentaire | Suite de l’article