Mohammed Abouelouakar

Décembre 2016. Galerie Atelier 21, Casablanca, Maroc. En compagnie de l’artiste peintre Mohammed Abouelouakar qui n’expose que tous les 3 ou 4 ans, véritable ermite dont les peintures (ici en « jeu de cartes ») ressuscitent à foison les contes soufi et autres mythologies païennes ou œcuméniques, d’inspirations autant arabe, que russe ou byzantine, aujourd’hui largement effacés de la culture marocaine. Sans doute un des artistes les plus sous-estimé dans son pays alors qu’il a l’envergure des plus grands, inflexible à l’air du temps, tout entier tourné vers son destin de conteur nomade. Dieu reconnaîtra les siens.







Discussion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *