14/12/2018 | Allotrope | Laissez un commentaire

Néolibéralisme, modernité et panique face à l’entropie : comment défaire le nœud de l’anthropocène ?

Allotrope

À défaut de pouvoir comprendre comment la réalité peut à ce point rejoindre la science-fiction en ce début de XXIe siècle, nous pouvons toujours réfléchir à la façon dont le bon sens néolibéral est nécessairement hostile à la solidarité et à toute contribution à l’intérêt général. Il n’est donc favorable ni à l’immigration, ni aux écoles publiques, ni à la sécurité sociale, ni aux institutions publiques en général. Cela signifie aussi que les gouvernements cherchent actuellement à créer les meilleures conditions d’enrichissement pour les intérêts privés, car la croyance néolibérale veut que les profits et la croissance économique « ruissellent » forcément du haut de la pyramide sociale, et que tout le monde finisse par en profiter. Si ce ruissellement de richesses ne se fait pas, si les inégalités perdurent ou empirent, cela s’explique par l’échec personnel des moins favorisés et des groupes sociaux qui souffrent, toujours selon le credo néolibéral. Conséquence, des hordes de réfugiés économiques, que j’appelle des « populations superflues », ont fait leur apparition dans le monde entier (peuples autochtones expulsés de leurs terres, réfugiés fuyant la guerre ou les catastrophes climatiques, immigrés clandestins, classe ouvrière paupérisée et au chômage…). Au-delà des conditions de vie dans lesquelles elles peinent à survivre, ces populations représentent l’envers d’un phénomène que j’ai pu observer et que Rana Dasgupta a décrit comme étant symptomatique du détournement de la sympathie et de la solidarité humaine. À Delhi comme à Mexico, de nombreuses femmes privilégiées ou des familles riches traitent leurs subordonnés et les membres de ces populations superflues avec autant de crainte que de mépris. Par ailleurs, elles passent leur temps libre à s’occuper des chiens errants, en leur donnant de la nourriture ou des couvertures, en les emmenant chez le vétérinaire, et se donnant tout le mal du monde pour leur trouver des familles d’adoption.

Laissez un commentaire | Suite de l’article

30/11/2018 | Allotrope | 2

Silvia Gruner

Allotrope
Silvia Gruner ; plantes ; identité

Silvia Gruner, La extracción de la piedra de la locura (Planta) [L’extraction de la pierre
de la folie, Plante], polyptyque, 2017

Dans les œuvres de Silvia Gruner (née à Mexico en 1959 ; vit et travaille à Mexico), la boucle sert de médium, et la temporalité est une structure mentale qui offre des paysages imaginaires de lieux habitables. Dans ses œuvres, la surface des objets et le fruit de l’imagination se correspondent. La pellicule et la vidéo vont au-delà de leurs statuts d’index pour fonctionner comme des analogies évocatrices d’émotions, d’humeurs ou d’états d’esprit.

2 commentaires | Suite de l’article

27/11/2018 | Allotrope | Laissez un commentaire

Allotropes en dislocation

Allotrope
Silvia Gruner ; allotropes ; allotrope ; Irmgard Emmelhainz

Silvia Gruner, de la série “Viva cautivo, sea feliz!” [Vivez prisonniers, vivez heureux !], 2015
© Silvia Gruner, 2015

L’allotropie, du Grec allos (autre) et tropos (manière), signifie « d’une autre manière », et en chimie, cela désigne la faculté que possèdent certains éléments chimiques d’exister sous plusieurs formes différentes. L’« allotrope » est un élément dont la structure atomique a été modifiée. Baptiser mon blog ainsi ne veut surtout pas dire que les textes rassemblés ne sont pas cohérents, cela évoque plutôt la manière dont des débats importants et des thèmes contemporains s’articulent à travers les différents textes.

Le blog traitera de plusieurs concepts et signifiants, de diverses théories et pratiques comme le féminisme, la post-politique, l’art, les droits humains, le néolibéralisme, la mondialisation, le sensible, le cinéma, la critique, l’anthropocène/le capitalocène, les luttes des peuples autochtones, les populations laissées pour compte, la modernité/la décolonisation, le réchauffement climatique, l’identité commerciale des marques, etc…

Laissez un commentaire | Suite de l’article