Biographie

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée de Lettres Modernes, Nicole Brenez est Professeur en Études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle et membre de l’Institut Universitaire de France. Ses recherches portent principalement sur l’analyse figurative, l’histoire des arts filmiques, et plus particulièrement celle des cinémas d’avant-garde.

Parmi ses publications (liste non-exhaustive) : De la Figure en général et du Corps en particulier. L’invention figurative au cinéma (Paris/Bruxelles, De Boeck Université, 1998), Abel Ferrara (Illinois University Press, 2007), Traitement du Lumpenproletariat par le cinéma d’avant-garde (Paris, Séguier, 2007), Abel Ferrara. Le Mal mais sans fleurs (Paris, Cahiers du Cinéma, 2008), Cinéma d’avant-garde Mode d’emploi (Tokyo, Gendaishicho-shinsha Publishers, 2012), « ‘We support everything since the dawn of time that has struggled and still struggles.’ Introduction to lettrist cinema », Stockholm/Berlin, Moderna Muset/Sternberg Press, 2015, Jean-Luc Godard théoricien des images (Rome, La Camera Verde, 2015).

Elle a dirigé ou codirigé de nombreux ouvrages, parmi lesquels : Jeune, dure et pure. Une histoire du cinéma d’avant-garde et expérimental en France (Paris/Milan, Cinémathèque française/Mazzotta, 2001), La Vie nouvelle/nouvelle Vision (Leo Scheer, 2004), Jean-Luc Godard : Documents (Paris, Centre Georges Pompidou, 2006), Jean Epstein. Bonjour Cinéma und andere Schriften zum Kino (Vienne, FilmuseumSynemaPublikationen, 2008), Le cinéma critique. De l’argentique au numérique, voies et formes de l’objection visuelle (Paris, Publications de la Sorbonne, 2010).

Elle codirige l’édition des Écrits complets de Jean Epstein en 10 volumes avec Joël Daire et Cyril Neyrat aux éditions Independencia (deux premiers volumes parus en 2014) et prépare une anthologie des écrits d’Edouard de Laurot chez Amsterdam University Press.

Elle programme les séances d’avant-garde de la Cinémathèque française (depuis 1996) ainsi que la section Expérimentale du festival du Cinéma du Réel à Paris (depuis 2009), et a organisé de nombreux cycles de projections en France et à l’étranger, notamment à Buenos Aires, Rio de Janeiro, New York, Tokyo, Vienne, Londres, Madrid, Belo Horizonte…

Depuis 2010, avec Philippe Grandrieux et Epileptic, elle coproduit la série Il se peut que la beauté ait renforcé notre résolution, collection de portraits des cinéastes engagés oubliés des histoires du cinéma. Philippe Grandrieux inaugure la série avec le portrait de Masao Adachi. Le film reçoit le New Vision Award au Festival CPH:DOX de Copenhague en 2011, le Grand Prix Expérimental-Essai-Art Video au Festival Côté court de Pantin en 2012, le Grand Prix du documentaire au Festival de Tripoli-Beyrouth en 2013.

Crédits
Traduction en anglais : Brad Stevens, avec l’aide de Bani Khoshnoudi
Coproduction : Institut Universitaire de France
Illustrations et extraits : ©chaque auteur.