Biographie

Philosophe et activiste queer, Beatriz Preciado est l’auteur du Manifeste contra-sexuel (Balland, 2000), Testo Junkie. Sexe, drogues et biopolitique (Grasset, 2008) et de Pornotopie (Flammarion, 2011, prix Sade 2011). Docteur en Philosophie et Théorie de l’Architecture (Princeton University) et diplômée de Master en Philosophie et Théorie de Genre (New School of Social Research, New York), Preciado est Directrice du Programme d’Études Indépendantes du Macba  (Musée d’Art Contemporain de Barcelone) et du projet Somateca au Musée Reina Sofia de Madrid. Preciado est l’auteur de nombreux essais et articles, parmi lesquels : “Pharmaco-pornographic Politics: Towards a New Gender Ecology” (Parallax, 2008), « Pornotopia: Architecture  and pornography in the Playboy Mansion» (Princeton Architectural Press, 2004); « Sex Design » (Centre Pompidou, 2007), « Multitudes Queer » (Multitudes, 2004); « Savoirs-Vampires@War » (Multitudes, 2005). À partir d’une définition biopolitique du corps en tant qu’ancrage des dispositifs de gouvernement du vivant, Preciado explore la production du genre, du sexe et de la sexualité comme techniques spécifiques de “gouvernement des corps libres” dans la modernité. Sa recherche prête une attention particulière à l’émergence de la notion du genre ainsi que des techniques de production des identités sexuelles après la deuxième guerre mondiale, mais aussi aux nouvelles stratégies de lutte et de résistance à la normalisation inventées par les pratiques micropolitiques et artistiques féministes, décoloniales, queer, de lutte contre le sida, politiques performatives, mouvements transsexuels et transgenres.