— En images
Au cœur de la
« street food »
polonaise


Publié le

0 Partages

Zofia Rydet, Série “Professions“. Courtesy Fondation Zofia Rydet


Cette femme photographiée devant la petite caravane qui lui sert de « kiosque gastronomique » semble à la fois nous inviter à y entrer et en protéger l’intérieur, son espace privé. Le cadre de la porte devant lequel elle pose renvoie à son cadre de vie et de travail, modeste mais fonctionnel, lui permettant de préparer et vendre des zapiekanki, sandwich polonais composé de champignons et de fromage gratiné au four sur une tranche de pain. Cet incontournable de la « street food » polonaise renvoie aux spécialités culinaires de divers pays, de la curry wurst allemande au hot dog américain.

Cette photographie appartient à la série « Professions », elle-même composante d’un projet très vaste initié par Zofia Rydet en 1978, intitulé « Répertoire sociologique », au cours duquel elle parcourt plus d’une centaine de villes polonaises dont Suwałki, où a été réalisé ce portrait, située au Nord Est du pays. Intéressée par les collections qu’elle pratique à titre personnel, elle va commencer à compiler, sans véritable règle scientifique malgré le titre du projet, des images des polonais et de leur habitat. S’intéressant à la singularité de chacun d’entre eux, elle les met en scène devant ou à l’intérieur de leur maison, prouvant que le partage et la répétition de certains modes de vie permettent malgré tout de raconter à chaque fois une histoire différente. Le dispositif photographique est pourtant presque toujours identique d’une prise de vue à l’autre : le point de vue est frontal et l’utilisation d’un objectif grand angle compense l’impossibilité d’avoir le recul nécessaire dans certaines configurations.

Comme les autres séries de ce projet, « Professions » a une valeur documentaire importante, permettant de conserver des traces de petits métiers voués à disparaître, dans la lignée des travaux d’August Sander et d’Eugène Atget. Cependant, nous nous apercevons avec le recul des années que les métiers liés à la vente de nourriture à emporter n’ont pas disparu malgré les infrastructures modernes et qu’ils sont toujours très présents dans les rues des villes. Pour le portrait de la vendeuse de zapiekanki, il existe une autre photographie : Zofia Rydet s’est placée derrière la caravane, la vendeuse est à l’intérieur et son visage apparaît à travers une petite ouverture découpée dans la vitre arrière, lui permettant de réaliser les transactions. Des affichettes sont collées de part et d’autre, déclinant sans doute les produits vendus et leurs tarifs. Ce changement de point de vue révèle les différentes poses et situations qu’elle expérimente avec ses modèles, son intérêt et et le temps qu’elle y consacre pour comprendre et témoigner de leur quotidien.



Cécile Tourneur



Commentaires

Nous vous encourageons à publier des commentaires courts et à propos. Leur longueur ne doit pas exceder celle de l'article original. Les commentaires doivent être courtois et respecter l'avis des autres personnes engagées dans la discussion. Les commentaires sont soumis à modération, nous nous réservons le droit de supprimer ceux qui ne respecteraient pas ces quelques principes.