— Rencontre
À propos du Chthulucène et de ses espèces camarades


Publié le



À l’occasion de l’exposition « À propos du Chthulucène et de ses espèces camarades » sur son espace de création en ligne, le Jeu de Paume a proposé deux rencontres modérées par la commissaire de l’exposition Maria Ptqk.

La première, « À propos du Chthulucène et de ses espèces camarades » propose une réflexion sur le mythe formulé par la biologiste et philosophe des sciences Donna Haraway dans son dernier ouvrage, Staying with the Trouble: Making Kin in the Chthulucene. Ici, l’auteure du Manifeste Cyborg met en scène une figure pour « penser l’impensable » de l’actuelle crise environnementale et des nouveaux récits que celle-ci suscite. Ces derniers imposent une redéfinition des sciences naturelles et des humanismes et signalent un retour en force de la science-fiction, des fictions scientifiques et fabulations spéculatives. Le Chthulucène de Haraway répond à l’ère de l’Anthropocène par des récits mineurs et entremêlés émanant d’autres formes de vie et de leurs interactions réciproques ou avec l’humain. Son but est de réécrire l’histoire de l’évolution « sur un ton bien plus modeste, dans l’esprit d’une sociabilité émanant de toutes les communautés qui fabriquent une vie ensemble ». Ainsi, si le monstre lovecraftien suscite la terreur et la fuite, le Chthulu de Haraway convoque au contraire la rencontre avec les formes de vie autres, « des alliances multi-spécifiques pour une survie collaborative ». Dans ce cadre, la notion d’« espèces camarades » fait référence à la biodiversité de la planète, aux différentes espèces (animaux, végétaux, bactéries, champignons) avec lesquelles nous la partageons, ainsi qu’à l’écosystème des pratiques et des débats qui dialoguent avec la figure mythique du Chthulucène : expériences artistiques des biolabs, biologie spéculative, politiques des organismes transgéniques, taxonomies alternatives ou systèmes de connaissances expérimentaux.

Avec Maria Ptkq, Špela Petrič, artiste, Annick Bureaud, critique d’art et commissaire d’exposition dans le domaine art-science-technologie et Sophie Fernandez, illustratrice scientifique au Museum National d’histoire naturelle.





La seconde rencontre, intitulée « La Nature après », poursuit ces explorations menées sur l’espace de création en ligne du Jeu de Paume ainsi que dans l’exposition « Talismans » à la Fondation Gulbenkian. Ces deux projets semblent partager une même réflexion sur la nature et l’histoire humaine qui revendique des connaissances hybrides sans hiérarchie entre les différents savoirs scientifiques, les croyances collectives et les fictions spéculatives. Les différents projets artistiques sélectionnés proposent une approche critique de la réalité alternative aux discours historiques traditionnels. Les deux institutions se sont associées afin d’imaginer une soirée de projections et de dialogues avec deux artistes : Ana Vaz pour l’Espace de création en ligne du Jeu de Paume et Pedro Neves Marques pour la Fondation Gulbenkian.

Avec Maria Ptqk, commissaire de l’exposition en ligne « À propos du Chthulucène et de ses espèces camarades », Sarina Basta, commissaire de l’exposition « Talismans », Pedro Neves Marques, artiste, Teresa Castro, maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles, Sorbonne Nouvelle, Paris 3, Ana Vaz, artiste et Olivier Marboeuf, directeur de l’Espace Khiasma aux Lilas et producteur associé de la maison de production SPECTRE.





L’espace de création en ligne
Exposition « Talismans »
“Špela Petrič et ses embryons humains-plantes” / par Ewen Chardronnet
Pedro Neves Marques
Ana Vaz, The Voyage Out / Khiasma
“Des singes, des cyborgs et des femmes ; la réinvention de la nature” de Donna Haraway
“Le Champignon de la fin du monde” d’Anna Lowenhaupt Tsing