— Rencontre
À la lisière du quotidien. Une autre histoire de la vidéo contemporaine en Colombie


Publié le


Dans le cadre de l’Année croisée France-Colombie 2017, ces deux journées de projections et de dialogues au Jeu de Paume proposaient une exploration de la jeune création artistique colombienne dans le domaine de l’image en mouvement. Sous le commissariat de Ximena Gama Chirolla, ce projet réunissait des vidéos de Marcos Ávila Forero, Elkin Calderón, Juan Fernando Herrán, Laura Huertas Millán, Ana María Millán et Sandra Rengifo ainsi qu’une performance de Laura Huertas Millán.




Vendredi 1er décembre 2017
Présentation du projet et des artistes par Ximena Gama Chirolla. Performance de Laura Huertas Millán. Projection de La Libertad (2017, 29′) de Laura Huertas Millán. Discussion entre l’artiste et la commissaire.




Samedi 2 décembre 2017, matin.
Projection de Un pechiche para Benkos (2017, 5′), Atrato (2014, 13′) et La sucursal del paraíso (2010, 5′) de Marcos Ávila Forero, La reina de Enin (2014, 9′) de Elkin Calderón, La vuelta 1 (2011-12, 23′) de Juan Fernando Herrán. Discussion entre les artistes et la commissaire.




Samedi 2 décembre 2017, après-midi.
Projection de Frío en Colombia (2015, 12′) d’Ana María Millán, Flecha en el cielo (2012-15, 20′) de Sandra Rengifo. Discussion entre les artistes et la commissaire. Table ronde avec tous les artistes et la commissaire modérée par Carolina Ponce de Leon, commissaire artistique de la Saison France‑Colombie.



Ce Cycle de rencontres et de projections était organisé dans le cadre de l’Année croisée France-Colombie 2017. Visuel à la Une du magazine : Laura Huertas Millán, La Libertad, 2017 © Laura Huertas Millán



Plus d’informations sur l’Année croisée France-Colombie 2017.
En savoir plus sur le cycle “À la lisière du quotidien”
Marcos Ávila Forero / galerie dohyanglee
Elkin Calderón / terremoto.mx
Juan Fernando Herrán / arte-sur.org
Laura Huertas Millán / site officiel
Ana María Millán / site officiel
Sandra Rengifo / vimeo
Oscar Murillo. “Estructuras resonantes” au Jeu de Paume