— Portfolio
“A palm tree
is a palm tree
is a palm tree”
de Bruno V. Roels


Publié le



Palmiers – Répétitions

Un même palmier répété cent fois, des rangées de dix photographies du même arbre alignées pour former une unique œuvre : « A Palm tree is a palm tree is a palm tree ». Le titre convoque d’emblée Gertrude Stein et avec elle, son goût de la répétition.

Dans le travail de Bruno V. Roels, il n’y a pas d’image unique mais des copies qui sont autant de variations. Un même négatif a permis l’éclosion de possibilités : le sujet reste identique, le même arbre a été enregistré sur la pellicule, mais sa matérialisation sur la surface sensible change. En travaillant au tirage, le photographe a fait varier les densités et les valeurs d’exposition. Le palmier photographié est le même, sa présence sur le papier toujours différente, tantôt presque effacé, il émerge parfois à peine d’une étendue noircie.

Pourquoi cette frénésie de duplication ? Tous les photographies sont également intéressantes pour l’artiste : il n’y a pas de hiérarchie, d’image première, d’original. La reproductibilité de l’image est un possible qu’il n’est pas nécessaire de réguler artificiellement comme l’exige le marché.

Sur certaines, des taches, abrasions ou égratignures, singularisent le tirage. Ces images sont issues de la collection intime de Bruno V. Roels qui photographie quotidiennement des choses, des paysages, des personnes côtoyées et ancrées dans des situations singulières. Chaque photographie lui rappelle ainsi un moment, ce sont des souvenirs et qu’importe si certaines sont abîmées puisque la mémoire est imparfaite.

Ce travail évoque les pratiques conceptuelles, mais Bruno V. Roels refuse toute approche typologique du réel. Il ne veut pas classer mais produire des différences, désordonner l’exacte ressemblance. Il travaille en métaphysicien plus qu’en scientifique, sa question est celle de l’autre et du même. Il reprend à son compte le fonctionnement de tumblr, plateforme de partage d’images et de textes, où la même photographie diffusée des dizaines de milliers de fois perd son origine pour n’être qu’une répétition. Le titre de l’œuvre « A palm tree is a palm tree is a palm tree » semble alors être un refrain que l’on pourrait répéter ad libitum.

Hélène Giannecchini, 2015

Bruno V. Roels, photographe