— Portrait filmé
Mathieu Pernot
“The Crossing” [FR/EN]


Publié le


[stream flv=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/Portraits/Pernot/PernotBD.flv img=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/Portraits/Pernot/Pernot169.jpg hd=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/Portraits/Pernot/PernotHD.flv mp4=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/Portraits/Pernot/Pernotiphone.mp4 embed=false share=false width=450 height=253 dock=true controlbar=over bandwidth=high autostart=false /]

For his video portrait, photographer Mathieu Pernot comments his show “The Crossing”, presented at the Jeu de Paume from February 11 until May 18, 2014. This exhibition is indeed a chronological crossing through his work, starting with his first series from 1995-1997, Photo Booths, and ending with his latest one, Fire, specially created for the Jeu de Paume. It is also a “crossing” through our contemporary history, personified by characters who live on the margins of society – gipsies, migrants and inhabitants from high-rise estates. Mathieu Pernot tackles themes such as town planning, migrations and incarceration, with an approach that inherits from documentary photography but refuses its authority. Instead, he offers a new take on the codes of this genre (for example, by using archival documents or vernacular pictures), and gives us an opportunity to question the status of images and the way we look at them.

Pour son portrait filmé, Mathieu Pernot commente La Traversée, présentée au Jeu de Paume du 11 février au 18 mai 2014. Cette exposition est en effet une “traversée” chronologique de l’œuvre du photographe, depuis son premier travail réalisé entre 1995 et 1997, Photomatons, à sa dernière série, Le Feu, produite spécialement pour le Jeu de Paume. Mais c’est aussi la “traversée” d’une histoire contemporaine incarnée par des personnages qui vivent en marge de la société : gitans, migrants, ou encore habitants des “grands ensembles”. Mathieu Pernot s’intéresse à des thèmes comme l’urbanisme, les migrations ou l’enfermement, en adoptant une approche qui hérite de la photographie documentaire, mais qui en refuse l’autorité. En détournant ses protocoles (par exemple en intégrant à son travail des documents d’archives ou des photos vernaculaires), il nous amène à nous interroger sur le statut même des images, et sur notre manière de les interpréter.

> LE 29 AVRIL 2014 à 18h au Jeu de Paume : Visite de l’exposition par l’artiste
Visite gratuite pour les étudiants et les moins de 26 ans.

Visuel en page d’accueil : Photomatons, 1995-1997. Collection de l’artiste © Mathieu Pernot

Liens

Mathieu Pernot: “La Traversée”
La sélection de la librairie
Mathieu Pernot et Philippe Artières : “L’Asile des photographies » à la maison rouge.