— Portrait filmé
Mathieu Copeland présente « Une exposition sans textes, deuxième mouvement » (FR/EN)


Publié le


[stream flv=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/POrtraits filmés/Mathieu Copeland 02/Cope02BD2.flv img=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/POrtraits filmés/Mathieu Copeland 02/Copeland02-169.jpg hd=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/POrtraits filmés/Mathieu Copeland 02/Cope02HD2.flv mp4=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/POrtraits filmés/Mathieu Copeland 02/Cope02iphone.mp4 embed=false share=false width=450 height=253 dock=true controlbar=over bandwidth=high autostart=false /]

Présentée à la Maison d’Art Bernard Anthonioz à Nogent-sur-Marne du 21 mars au 19 mai 2013, “Une exposition sans textes”, la deuxième exposition conçue par Mathieu Copeland dans le cadre de la programmation Satellite du Jeu de Paume, envisage le moment où le texte fait image et où l’écriture s’efface au profit de la forme abstraite et de la disparition du sens.

Explorant la superposition et l’accumulation, l’effacement et la déchirure, la re-peinture et l’obstruction, l’oblitération et la défiguration de – et dans – l’œuvre, cette exposition se pense ainsi autour d’un désir affiché d’annuler tout texte ou toute image. Cette approche de l’exposition dans ce qu’elle peut avoir de plus formel insiste sur l’existence de l’œuvre à travers la représentation que l’on s’en fait et les mots que l’on projette.

“An exhibition without texts”

Presented at the Maison d’Art Bernard Anthonioz in Nogent-sur-Marne from 21 March to 19 May 2013, “Une exposition sans textes,” the second exhibition conceived by Mathieu Copeland for the Jeu de Paume Satellite programme, considers the moment when writing gives way to abstract form and meaning disappears.

Exploring superposition and accumulation, erasure and tear, overpainting and obstruction, obliteration and disfigurement of – and in – the artwork, this exhibition is articulated around a manifest desire to cancel any kind of text or image. This approach to the most formal aspects of the exhibition emphasises the way the artwork exists through our representations of it and the words that are projected onto it.

Visuel en page d’accueil : Gil Joseph Wolman, Peinture fermée, 1989. Courtesy galerie Natalie Seroussi

Liens

« Une exposition sans textes » Satellite 6.
« Mathieu Copeland, curateur » Entretien pour Slash.fr par Marie Chênel
Le choix de la librairie
Maison d’art Bernard Anthonioz