— Entretien
L’héritage de Glauber. Danièle Hibon interviewe Marina Meliande et Felipe Bragança


Publié le


[stream flv=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/video/Entretien/Meliande/MeliandeBD.flv img=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/video/Entretien/Meliande/Meliande169.jpg hd=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/video/Entretien/Meliande/MeliandeHD.flv mp4=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/video/Entretien/Meliande/Meliandeiphone.m4v embed=false share=false width=450 height=253 dock=true controlbar=over bandwidth=high autostart=false /]

Dans le cadre de la rétrospective dédiée à Glauber Rocha fin 2012 au Jeu de Paume, les programmateurs Danièle Hibon et Hervé Jaubert-Laurencin ont voulu consacrer un week-end au cinéma brésilien d’aujourd’hui. Ce fut l’occasion de découvrir La trilogie du cœur en feu, une co-réalisation de Marina Meliande et Felipe Bragança.

Pour le magazine, les deux réalisateurs répondent aux questions de Danièle Hibon autour de l’héritage de Glauber Rocha dans le cinéma contemporain brésilien, avant de s’entretenir de l’avenir et de la spécificité de la nouvelle génération de cinéastes de ce pays et enfin de leurs films présentés au Jeu de Paume : La joie, La fugue de la femme gorille, Intranquilité – Film des merveilles.

Synopsis

La fugue de la femme gorille (A fuga da mulher gorilla), Brésil, 2009, 35mm, 82’

Tourné en 8 jours dans la région de Rio de Janeiro, c’est un conte musical, sous forme de road movie qui raconte les aventures de deux jeunes femmes à bord de leur van, au bord de l’océan et des champs de canne à sucre, c’est aussi la danse, la rage, la calme, la vie de la femme-gorille.

La fugue de la femme gorille (A fuga da mulher gorilla), 2009

La fugue de la femme gorille (A fuga da mulher gorilla), 2009

La joie (A Alegria), Brésil, 2010, 35mm, 106’

Un conte sur la jeunesse et le courage. A Alegria raconte l’histoire de Luiza, seize ans, qui en a assez d’entendre toujours parler de la fin du monde. Un soir de Noêl, son cousin Jão est abatu dans un quartier pauvre de Rio de Janeiro, et disparaît au milieu de la nuit. Quelques semaines plus tard, seule dans son appartement, Luiza découvre un mystérieux invité dans son salon.Jão, devenu fantôme lui demande s’il peut se cacher chez elle.

A Alegria (The Joy), 2010

A Alegria (The Joy), 2010

Intranquilité – Film des merveilles (Desassossego – Filme das maravilhas), Brésil, 2011, vidéo, 63’.

Le film contient 10 réponses de 14 jeunes cinéastes à un papier trouvé sur une porte à Rio. Une jeune fille de 16 ans y parle de l’amour, de l’aventure, de l’utopie, de l’explosion…
0. Las Brujas, lectura do carta (Les sorcières, lecture de la lettre) de Felipe Bragança et Marina Meliande.
1. Futuro explode (Le futur explose) de Helvecio Marins et Clarissa Campolina.
2. Ficar parado cansa (Rester immobile est fatigant) de Carolina Duracao et Andrea Capella.
3. Muitos podem viver sem agua, mas ninguem vive sema mor (On peut vivre sans eau, mais on ne peut pas vivre sans amour) d’Ivo Lopes Aranjo.
4. Nascemos hoje, quando o céu estava coberto de fumaga e enxofre (Nous sommes nés aujourd’hui, lorsque le ciel était couvert de fumée et de soufre) de Marco Dutra et Juliana Rojas.
5. Nasci carioca, fui enganado (Je suis né carioca, on m’a trompé) de Marina Meliande.
6. O anjo boxedor tenta descever uma cena (L’ange boxeur essaye de décrire une scène) de Caetano Gotardo.
7. O descobrimento do mundo (La découverte du monde) de Raphael Mesquita et Leonardi Levis.
8. Um indio, um robot, o raio laser (Un indien, un robot, le rayon laser) de Felipe Bragança.
9. Explosaô (Explosion) de Gustavo Bragança.
10. Berlin com festa (Berlin en fête) de Karim Aïnouz.

Neverquiet (Film of Wonders), 2010

Neverquiet (Film of Wonders), 2010

Biographies

MARINA MELIANDE

Marina Meliande est née en 1980 à Rio de Janeiro, Brésil. Réalisatrice et monteuse, elle a étudié à l’Université Fédéral Fluminense et au Fresnoy (France). Avec Felipe Bragança, elle a co-réalisé plusieurs films sélectionnés dans de nombreux festivals: deux court-métrages, Waterbound (2003) et His Name (the clown) (2004), ainsi que la Trilogie Coeur en Feu, qui comprend les long-métrages La Fugue de la Femme Gorille (2009) – Première Internationale au Festival de Locarno 2009 -, La Joie (2010) – Première Internationale au Festival de Cannes 2010 / Quinzaine des Réalisateurs – et Intranquilité (film des merveilles) (2011) – film collectif, Première Internationale au Festival de Rotterdam 2011.
Dans le cadre de sa résidence au Fresnoy, Marina Meliande a réalisé deux vidéo-installations : Lettres au Vieux Monde (2008) et L’Image qui Reste (2009). En tant que monteuse, elle a travaillé pour environ quarante films, dont Tourbillon (2011) et Les histoires n’existent que lorsque l’on s’en souvient (2011). Elle est actuellement en Résidence à la Cinéfondation de Cannes, où elle travaille sur son prochain long métrage Mormaço.

FELIPE BRAGANÇA

Né en 1980, Felipe Bragança a réalisé ses études à l’Université Federal Fluminense en 2004. Il a co-réalisé avec Marina Meliande les court-métrages Waterbound (2003) et His Name (the clown) (2004) et la trilogie Coeur en Feu (2009-2011). Il a travaillé comme assistant réalisateur et scénariste avec Karim Ainouz (Le ciel de Suely, 2006) et d’autres cinéastes de la nouvelle génération du cinéma brésilien, comme Eduardo Valente (No meu lugar, 2009) et Helvecio Marins (Tourbillon, 2011).

Liens

L’âge de Glauber
Glauber Rocha, la sélection de la librairie