Portfolios

LaToya Ruby Frazier : The Notion of Family (FR)

English version

Janvier dernier, vernissage à la galerie Michel Rein de l’exposition Americans in New York proposée par Ami Barak. Je suis tout de suite attirée par le travail de LaToya Ruby Frazier dont je connaissais seulement quelques tirages.

Premier regard sur ses photographies : du noir et blanc apparemment assez classique entre intimité et documentaire social, des sujets dans la tradition de la grande photographie américaine — on pense à la section photo de la Farm Security de la fin des années trente : ouvriers sidérurgiques, population locale livrée à la pollution, à la misère et à la maladie. Une dénonciation brutale d’un système dont on a longtemps voulu croire à l’efficacité.

Dès le début de son travail, LaToya Ruby Frazier a oscillé entre la photographie, la vidéo et la performance. Investir le champ de l’image et concevoir autrement les opérations de prise de vues lui permettent de sortir du support de la photographie documentaire — on l’a souvent comparée à Dorothea Lange ou même à Diane Arbus — et d’arranger d’autres formes pour transposer une parole ordinaire et faire entendre d’autres voix.

La perception du réel se fait ici ouvertement critique avec une traduction des contextes de vie selon un regard socio-politique. Preuve à l’appui : les photolithographies de la série Campaign for Braddock Hospital (Save our community Hospital) rendent compte de protestations contre la fermeture et la destruction de l’hopital communautaire et de l’instrumentalisation des habitants de Braddock par la marque Levi Strauss & Co. Un environnement qui a été essentiellement dessiné pour et par l’industrie. Mais, avec l’utilisation des très grands formats, elles s’apparentent plus à de l’agit prop des années 20 ou aux dadaistes allemands.

Avec sa série probablement la plus célèbre The notion of family, LaToya met en scène ses proches pendant plus de neuf ans et contribue à la reconstruction d’un roman familial inexistant et d’une histoire portée par la maladie chronique de sa grand mère, le cancer de sa mère et ses nombreuses rechutes, et enfin le lupus qui la ronge. Mais, là encore, les portraits sont actifs. C’est principalement sa mère ou sa grand mère à qui LaToya a appris les techniques photographiques qui déterminent la manière de prendre les images, de mettre en place le décor et qui improvisent les cadrages.

Mais pourquoi le travail de La Toya Ruby Frazier me séduit il autant ?
Parce que j’y vois ce que j’aime dans la photographie contemporaine : celle de Nan Goldin, de Francesca Woodman et d’artistes plus liées à la performance comme Gina Pane, Marina Abramovic ou même Jenny Holzer. Une prise de risques assumée en se mettant elle même en scène pour afficher sa colère et ses frayeurs. Une intelligence, une justesse et une authenticité dans la manière d’utiliser son corps et celui de ses proches en en produisant un langage de la réalité. Enfin, une radicalité créative doublée d’une sensibilité jamais mièvre.

Parce que j’y retrouve deux thèmes qui m’ont toujours concerné ou porté — le politique et l’histoire, non pas l’histoire officielle qu’on déroule devant nous sans la voir mais l’histoire individuelle qui nourrit l’Histoire officielle, celle que vivent les hommes et femmes des images de LaToya.
Et surtout parce que je me délecte de la vitalité incroyable de ces images. LaToya Ruby Frazier devient alors une « indignée » trentenaire d’une mondialisation enfin positive.

Françoise Docquiert, 2012

LaToya Ruby Frazier est née et a grandi à Braddock en Pennsylvanie. Après des études de photographie à l’Université de Syracuse, elle intègre en 2011 le cursus du Whitney Museum of American Art Study Programme à NYC. Femme militante, c’est avec la photographie qu’elle signe ses séries les plus célèbres. Depuis peu, elle est conservatrice adjointe pour les Galeries Mason Gross de l’Université Rutgers où elle enseigne également.

Liens

LaToya Ruby Frazier, site de l’artiste
« Un monde miné : La Toya Ruby Frazier à la galerie Michel Rein » / Blog Le Beau Vice
LaToya Ruby Frazier, biographie, revue de presse / Galerie Michel Rein
A Documentary about LaToya Ruby Frazier’s pictures / New York Close Up, by Art21
About Frazier’s performance against Levi’s Braddock ads / Interview magazine
Notes on LaToya Ruby Frazier, by Mod Spots

LTRFfinal169