— Portfolio
« Cortex » de Valerio Vincenzo (2/6)


Publié le


[stream flv=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/video/PortfoliosVideo/VINCENZO/CORTEXV4iPhone02.flv img=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/video/PortfoliosVideo/VINCENZO/Cortex16-9.jpg hd=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/video/PortfoliosVideo/VINCENZO/CORTEXFINALHD.flv mp4=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/video/PortfoliosVideo/VINCENZO/CORTEXV4iPhone.m4v embed=false share=false width=450 height=253 dock=true controlbar=over bandwidth=high autostart=false /]

Le point de vue de Wilfrid Estève

Valerio aime brouiller les cartes. Originaire de Naples, il a grandi à Milan et réside à Paris. Il se revendique Européen et vit avec une Américaine. Il n’aime pas les cases et ne se définit pas comme photographe. Valerio avait trouvé un mot plus juste, mais l’a oublié, « c’était lié à l’image » précise t-il. Sur sa carte d’identité italienne, on lit sa profession : étudiant. Valerio est attaché à ce statut car il désire apprendre durant toute sa vie. Discret et déterminé, cet ancien consultant dans la finance poursuit avec élégance un intéressant parcours photographique. Se jouant des formats et des média, il explore, s’égare ; aime prendre du recul et rendre intelligible. Son principal souci est de rester cohérent dans l’ensemble de ses démarches. Avec humour et dérision, il pointe les absurdités de notre société.

Proche du micro, Valerio pose sa voix avec aisance. Il est vrai que l’italien est la langue de la commedia dell’arte. Et enchaîne : Berlusconi, Kadhafi, Sarkozy, Benoît XVI, Obama, Merkel, DSK, Clinton, Poutine, pour terminer sur un superbe « s[ooo]ubliminale ». Peut-être pense-t-il aux tomates qu’il rêve de regarder pousser dans un jardin en Italie ?

 De Cortex dont il parle, il n’a ni réalisé les prises de vues, ni choisi les images. C’est son épouse, qui s’est prêtée au jeu. Kathie, qui apparaît judicieusement dans les séries, « A day in Paris » et « Interdiction de sourire », passe de muse à curatrice. En suivant une ligne directrice, elle s’est immergée dans Google images. Ce réservoir mondial de la culture visuelle a fait bouger les grandes lignes de l’intime, de soi, de l’autre.

Lourd d’impact et de sens, Cortex est un bilan de la frénétique production de l’actualité. Et si l’actualité révèle et accélère, Cortex la fixe et la cristallise. Selon Valerio, l’image qui résulte du montage final existerait réellement dans une zone du cerveau qu’il nomme « le stock des icônes ». Cette exploration du net en profondeur, accouche d’une identité numérique assez dérangeante. Ce mille-feuille visuel nous interroge sur l’actuel statut de la photographie sur le net : peut-on encore parler d’image ou de flux ?

Nous sommes bien entrés dans l’ère du déferlement visuel, de l’image excès et de la profusion subliminale. Cette boulimie dont nous sommes si friands et qui a fait naître des révolutions, propose aux dirigeants de la planète un bel univers spectral, décorporisé et digital en guise de portrait officiel. Cortex révèle leur nouveau visage et fait apparaître dans toute sa splendeur l’Homo numéricus, figure du XXIe siècle, de la réalité augmentée et de l’information de masse.

Une lecture de Samantha Rouault

[audio:http://012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/2011/12/agk-valerio-vincenzo-son-v14.mp3|titles=Cortex audio]


Réalisation sonore : Alice Guerlot-Kourouklis. Alice Guerlot Kourouklis est compositeur, créatrice sonore et membre du studio Hans Lucas.
Textes et voix : Samantha Rouault et Valerio Vincenzo. Samantha Rouault est critique d’art. Elle a publié plusieurs articles pour la revue Sorbonne Art.

L’intention de l’artiste

Le cortex cérébral joue un rôle clé, entre autres, dans la vision, son élaboration, la mémoire et la conscience. En 2001, V.Z., une femme au foyer en Italie souffre d’une grave dégénérescence cérébrale. Bien que capable de lire et de parler, elle est incapable de reconnaître ses proches, à l’exception d’une personne. Non pas son mari ou ses enfants, mais quelqu’un qu’elle n’a jamais rencontré au cours de sa vie : Silvio Berlusconi. Cas unique dans l’historie de la neuropsychologie, sa pathologie a permis de comprendre que notre cerveau, quand il est bombardé toujours par les mêmes images, « conserve » celles-ci dans une région plus profonde de notre conscience. Le projet Cortex, en superposant de nombreuses images des leaders de la planète, est une vision artistique de l’élaboration que notre cerveau réalise suite à ce bombardement d’images.

Biographie

Valerio Vincenzo est né à Naples en 1973. Après une formation en école de commerce, il est d’abord consultant en stratégie d’entreprise et ensuite administrateur de projets humanitaires pour l’ONG « Action contre la Faim » en Indonésie. Photographe indépendant depuis 2004, ses reportages sont publiés en France notamment dans Géo, National Geographic, Le Nouvel Observateur, Madame Figaro et LibérationBorderline, son travail le long des 16.000 km de frontières effacées de l’Europe à été presenté cette année à la Nuit de l’Année à Arles et à l’Open Show à la galerie FNAC des Halles. A day in Paris, un périple dans plusieurs villes nommées Paris aux USA, a été presenté au centre culturel italien en 2008 (Paris Photo). Cinema paradiso, une série d’images réalisée dans les salles de cinéma, fait partie du projet collectif « Territoires de fictions », et est presenté par la Galerie l’Oeil Ouvert à Paris. Divertissement, son travail sur les contrastes entre les parcs de loisirs et le paysage qui les entoure, a été selectionné comme finaliste de la Bourse du Talent en 2006.

Expositions

2011 Interdit de sourire, au Point Ephémère à Paris
Borderline, à la Citadelle de Besançon, patrimoine de l’UNESCO
Borderline au Centre Culturel Arménien à Valence
2010 Borderline au Fort de l’Ecluse (Rhône-Alpes)
2009 Borderline aux Rencontres Photographiques de Montpellier
2008 A Day in Paris et Borderline au Festival Européen de Photographie, Reggio Emilia
2007 Divertissement, à PhotoEspaña, Madrid (Descubrimientos)

Liens

Site officiel de l’artiste
Valerio Vincenzo / Borderline et Interdit de sourire présentées par FetArt