— Regard
Denis Hirson


Publié le


[stream flv=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/REGARD/HIRSON/Denis Hirson01finalBD.flv img=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/REGARD/HIRSON/Capture d’écran mofokeng denis hirson.jpg hd=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/REGARD/HIRSON/Denis Hirson01final.flv mp4=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/REGARD/HIRSON/Denis Hirson01iphone.m4v embed=false share=false width=450 height=253 dock=true controlbar=over bandwidth=high autostart=false /]

Écrivain, acteur et poète d’origine sud-africaine, Denis Hirson met en avant l’écriture de Santu Mofokeng, partie intégrante du travail de l’artiste. Pour le magazine, il récite des extraits du texte Distorting Mirror/Townships Imagined, dont il admire la clarté. Il souligne également le fait que l’auteur prenne ses distances avec l’opposition, trop manichéenne à son goût, entre une photographie conservatrice et officielle et une autre photographie, révolutionnaire et altermondialiste.

La série «Distorting Mirror/Townships Imagined» («Miroir déformant/Townships imaginaires») mêle des images privées (des portraits de famille pour l’essentiel) aux images qu’il a lui-même réalisées. Par le biais de cette juxtaposition, l’artiste explore une autre forme de narration, en établissant un dialogue de nature à susciter de nouveaux questionnements sur les enjeux politiques de la représentation. Car s’il est vrai que les Noirs d’Afrique du Sud ont souffert pendant des siècles de déni et d’oppression, les nombreuses images qui en attestent peignent un tableau monotone, sombre et désespéré qui, s’il est juste, n’en demeure pas moins incomplet aux yeux de Mofokeng.

En Afrique du Sud, comme ailleurs, on peut distinguer deux approches dans la photographie documentaire ; je les appellerai provisoirement le canon « conservateur » (lisez : officiel) et le canon « révolutionnaire » (lisez : altermondialiste). Elles placent les tenants de l’une et de l’autre approche devant un défi politique et idéologique difficile. C’est dans ce contexte qu’à été livrée avec une ardeur religieuse (et qui l’est peut-être encore) la bataille pour la supériorité économique et / ou morale, avec l’arme d’une « rhétorique rendue visible » (la photographie).

Santu Mofokeng : «Distorting Mirror/Townships Imagined» in I remember King Kong (The boxer) en 2004, We walk Straight so you better Get Out the way en 2005, White Scars, 2006, Gardening in the dark (publié en français en 2007 par “Le temps qu’il fait”), The Heineman Book of South African Stories, une anthologie de nouvelles sud-africaines, avec Martin Trump, en 1994 et Poèmes d’Afrique du Sud, anthologie publiée par Actes Sud / Unesco en 2001.
Ses poésies, écrits et essais ont été publiés dans Harper’s magazine, The Boston review, City Light et New directions.