— Portrait filmé
Alex Cecchetti & Mark Geffriaud


Publié le


[stream flv=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/POrtraits filmés/AlexetMark/AlexetMarkHD.flv img=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/POrtraits filmés/AlexetMark/alexetmarkfocus.jpg mp4=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/video/POrtraits filmés/AlexetMark/AlexetMarkMD.m4v embed=false share=false width=450 height=253 dock=true controlbar=over bandwidth=high autostart=false /]

Raimundas Malašauskas est l’invité de la quatrième édition de la Programmation Satellite. Jeune commissaire et écrivain d’origine lituanienne, il a notamment travaillé pour le Centre d’art contemporain (CAC) de Vilnius de 1995 à 2006, pour Artists Space à New York en 2009, et pour le Centre Pompidou en 2010 avec le projet Repetition Island.

Il présente au Jeu de Paume une exposition qui est “comme un livre grand ouvert, sans couverture ni pages (…) et dont les personnages changent d’apparence d’un chapitre à l’autre, se transformant en plantes d’espèces disparues, en machines nouvelles, ou en galaxies impossibles”.

Il s’agit de la création

THE POLICE

RETURN TO THE

MAGIC SHOP —

LA GUERRE, LE THÉÂTRE,

LA CORRESPONDANCE

d’Alex Cecchetti et Mark Geffriaud.

Dans cette installation-performance, deux comédiennes habitent l’espace d’un « plateau de jeu », jonché d’objets hétéroclites qui forment une architecture à la fois ludique et énigmatique : sceaux, pans de tissus, ananas, perche, malle métallique, pierres… Les paroles des jeunes femmes oscillent entre l’échange et le monologue, tandis qu’elles manipulent ces objets, entièrement absorbées par leur « jeu » : « nous, on nous a donné un jeu, avec des règles précises, des objets à déplacer, une interaction à créer… On pourrait jouer à l’infini. » A la fin de la partie, les objets restent en l’état pour refléter ce qui s’est passé.

« Quand j’organise un jeu, il y a toujours un public qui observe. C’est ce regard qui interprète, qui donne du sens et témoigne d’une participation. C’est de cette manière, à travers le regard d’un tiers, celui de l’homme assis sur la plage, qu’une pratique immédiate, telle la pêche de nuit, peut devenir un événement grandiose, créateur de métaphore. L’obscurité qui la confine devient le théâtre de l’existence.

Tu verras avec moi, dans le noir total de cette nuit
que ces choses se font à deux
toi, la torche qui capture, moi la lance qui illumine
dans le noir encore plus obscur de la mer
notre lumière fatale les poissons viendront chercher
comme nous, la face vers les étoiles, la mort. »

(Alex Cecchetti, « Le Jeu du Passage », in Alex Cecchetti & Mark Geffriaud : The Police Returned to the Magic Shop – La Guerre, Le Théâtre, La Correspondance, Éditions du Jeu de Paume, 2011, pp14-15)