— Portrait filmé
Valérie Mréjen


Publié le


[stream flv=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/2010/12/PortraitMrejenMD.flv img=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/2010/12/Mrejen capture.jpg hd=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/2010/12/PortraitMrejenHD.flv mp4=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/2010/12/PortraitMrejeniphone.mp4 embed=false share=false width=450 height=253 dock=true controlbar=over bandwidth=high autostart=false /]

L’œuvre de Valérie Mréjen se situe à l’intersection de plusieurs territoires artistiques, entre littérature, cinéma et vidéo. À travers ces différents médias, l’artiste explore le langage et ses multiples possibilités, en s’inspirant d’histoires courtes et familières, souvent puisées dans son quotidien. Elle dessine ainsi sans complaisance et sans illusion une petite mécanique des relations humaines traversées par les malentendus et les lieux communs.

En 2008, « La place de la concorde » constitue la première exposition monographique de Valérie Mréjen dans une institution. Son titre fait à la fois référence à la situation géographique du Jeu de Paume et aux discordes ou malaises qui sont le sujet de nombreuses de ses œuvres. L’exposition présente ses œuvres vidéos sous forme de rétrospective, mais aussi cinq nouvelles pièces — Capri, Ils respirent, Je ne supporte pas, Voilà, c’est tout et Hors saison, ainsi qu’une installation intitulée Je ne supporte pas, réunissant les réponses récoltées par l’artiste à la question « Qu’est-ce que vous ne supportez pas ? » Ses vidéos sont ainsi inspirées de souvenirs, d’événements quotidiens, de détails cruels et burlesques de l’existence, de lieux communs, de malentendus… Elle y mélange divers types de récits rapportés ou vécus qu’elle réécrit et réarrange, avant de les mettre en scène avec des comédiens ou des gens de son entourage. Son documentaire, Pork and Milk, sorti en salle en 2006, était également diffusé dans l’auditorium du Jeu de Paume.

> Née en 1969, Valérie Mréjen vit et travaille à Paris. Elle suit des études à l’Ecole nationale d’art de Cergy-Pontoise de 1989 à 1994. Dès la fin de ses études, elle commence à éditer artisanalement des livres illustrés puis réalise ses premières vidéos et courts-métrages (Bouvet, 1997, Une noix,1997, Sympa, 1998, Anne et Manuel, 1998…). En 1999 elle publie Mon grand-père, le premier de trois textes d’inspiration autobiographique (suivront L’Agrume, 2001 et Eau Sauvage, 2004). Elle participe à de nombreux festivals et expositions collectives en France et à l’étranger et devient notamment pensionnaire de la Villa Médicis en 2002.

Valérie Mréjen est représentée par la galerie Serge Le Borgne.

Écrits

2004 Une dispute et autres embrouilles, petit POL, Paris, France.
Eau sauvage, éd. Allia, Paris, France.
2001 L’Agrume, éd. Allia, Paris, France.
1999 Mon Grand-père, éd. Allia, Paris, France.
1996 La liste des invités, éd Plurielle, Paris, France.
1995 Une Dispute, éd. sérigraphiques
Le langage des fleurs, éd. Rouleau libre.
L’eau qui dort, éd. Rouleau libre.
1994 Les coccinelles et les bols Duralex, éd. Rouleau Libre.

Catalogues monographiques et livres d’artistes
2008 Ping Pong, Editions Allia/Jeu de Paume, Paris, France.
2005 Valérie Mréjen, texte de Elisabeth Lebovici, Editions Léo Scheer, Pointligneplan, Paris, France.
1997 Liste rose, éd. galerie du Jour agnès b., Paris, France.
Meilleur souvenir, éd. Frac Languedoc-Roussillon, France.

« Pork and Milk : confessions en rupture avec le fanatisme juif » in LeMonde.fr

« Valérie Mréjen : la place de la concorde » au Jeu de Paume

Valérie Mréjen à la librairie du Jeu de Paume

Téléchargez le portrait filmé de Valérie Mréjen

Site officiel de l’artiste

Crédit image (page d’accueil) : Ils respirent, 2008, Valérie Mréjen / Image Caroline Champetier, Courtesy galerie serge le borgne, Paris