— Regard
Teresa Serrano : “tensions et identités” —Faux Amis


Publié le


[stream flv=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/2010/12/TSERRANO4.flv img=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/2010/12/Serrano-310×180.jpg hd=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/2010/12/TSERRANOHD.flv mp4=x:/lemagazine.jeudepaume.org/wp-content/uploads/2010/12/TSERRANO4-iPhone.m4v embed=false share=false width=450 height=253 dock=true controlbar=over bandwidth=high autostart=false /]

Teresa Serrano décrit des situations d’abus de pouvoir ordinaires, en reprenant l’esthétique de la telenovela latino-américaine. Mia 1-4 évoque notamment, sur fond de boléro, quatre exemples de harcèlement sexuel dans l’environnement professionnel et privé.

Depuis 2004, son travail vidéo, qui traite principalement de la violence envers les femmes, a été montré internationalement dans des festivals et aussi dans une exposition itinérante en Espagne – Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia à Madrid ; Centre d’Art la Panera de Lleida ; Artium à Vitoria.

> Teresa Serrano est née en 1936 à Mexico où elle vit et travaille. Sa démarche artistique inclut la sculpture, la peinture et le dessin, la photographie et la vidéo. Ses travaux ont été montrés à la Biennale de la Havane et à celle de Johannesburg en 1997, à la Video-Art Biennal du Center for Contemporary Art de Tel Aviv en 2002 et dans différents musées — Art Songe Center, Séoul ; Museo Carrillo Gil, Mexico ; Gulbenkian Foundation, Lisbonne.

Découvrez les autres vidéos de la série Mia 1-4 (“Rituales”) sur le site de Teresa Serrano

Faux Amis / Une Vidéothèque éphémère