— La parole à…
Robert Gurbo raconte André Kertész


Publié le


[stream flv=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/2010/10/Gurbo finalBD.flv hd=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/2010/10/Gurbo final 2.flv mp4=x:/012fae3308.url-de-test.ws/wp-content/uploads/2010/10/Gurbo final iphone.m4v embed=false share=false width=450 height=253 dock=true controlbar=over bandwidth=high autostart=false /]

À l’occasion de la grande rétrospective consacrée à André Kertész au Jeu de Paume, le magazine rencontre Robert Gurbo, curator de la André and Elisabeth Kertész Foundation, New York.

Robert Gurbo fut un proche d’André Kertész à la fin de sa vie. Photographe lui-même, Robert Gurbo fit la connaissance de Kertész en 1978. Kertész était à l’époque un artiste en pleine célébrité. A la suite d’une  simple rencontre puis d’échanges renouvelés, il est progressivement devenu l’assistant et l’intime du photographe. Au cours de cet entretien Robert Gurbo évoque ses souvenirs et expose sa vision de l’homme et de son œuvre : personnage solitaire, discret, voire pudique, Kertész a néanmoins utilisé la photographie comme un moyen d’expression efficace de ses sentiments. En effet, la photographie d’André Kertész ne se lit pas comme une représentation objective d’un monde mais très certainement comme une traduction de ses affects ou de ses états d’âmes, comme une « poésie non verbale » (gardons à l’esprit que Kertész, Hongrois d’origine ayant vécu en France et aux Etats-Unis ne maîtrisait ni le français, ni l’anglais). Et c’est en véritable inventeur d’un nouveau langage que celui-ci a expérimenté son outil de prise de vues (des premiers Leica aux Polaroïds sx-70) et de création d’images.

En complément de la vaste rétrospective présentée au Jeu de Paume, Robert Gurbo explique qui était André Kertész à la fin de sa carrière et propose ainsi quelques clefs de lecture des œuvres exposées.

Les oeuvres d’André Kertész présentées dans la vidéo sont,
par ordre d’apparition :

Autoportrait, Paris, 1927
Épreuve gélatino-argentique, tirée dans les années 1970
Courtesy Estate André Kertész, New York

1er Janvier 1972, La Martinique
Épreuve gélatino-argentique, tirage d’époque
Courtesy Attila Pocze, Vintage Galéria, Budapest, Hungary

Tulipe mélancolique, New York, 1939
Épreuve gélatino-argentique, tirée vers 1980
Courtesy Bruce Silverstein Gallery

Le Nuage égaré, New York, 1937
Épreuve gélatino-argentique, tirée dans les années 1970
Courtesy Sarah Morthland Gallery, New York, NY

Bras et ventilateur, 1938
Épreuve gélatino-argentique, tirée dans les années 1940-1950
Collection Eric Cepotis et David Williams

Distorsion n°41, 1933 [avec autoportrait d’André Kertész]
Épreuve gélatino-argentique, tirage tardif
Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris